L’innovation est un défi humain avant tout

Innovation. Le mot est sur toutes les lèvres dans l’industrie technologique. Le Canada serait même chef de file en matière de science, de technologie et d’innovation. À GSoft, on a décidé d’y consacrer une division!

Pour être au cœur de l’innovation, tu dois avoir la capacité de te remettre en question sans cesse

Le GLab a été fondé en 2017. Ce laboratoire rassemble douze employés autour d’un but commun : tester des idées. « Avant, on avait la GHouse, une initiative pour stimuler l’innovation : on envoyait des équipes à l’étranger pendant plusieurs mois pour se concentrer sur l’innovation. On a réalisé que ce n’était pas la bonne formule », explique Guillaume Chalifoux, responsable marketing et innovation au GLab.

Car GSoft souhaite avant tout que la culture de l’innovation fasse partie de tous les départements. D’où l’importance de réunir les initiatives innovantes sous un même toit. C’est ainsi qu’est venue l’idée du GLab, une entité dédiée à l’innovation, prenant vie au sein même de GSoft. L’élément-clé de ce nouveau laboratoire ? L’équipe se dévoue à 100 % à l’innovation.

Innover requiert des qualités humaines bien particulières

« Notre mission, c’est de diversifier l’offre de produits de GSoft en mettant sur le marché des solutions technologiquement plus avancées », souligne Guillaume. Mais à la différence de beaucoup d’entreprises technologiques qui se concentrent principalement sur la mise en marché, le GLab pousse plus loin son exploration. « On tente de plus en plus de commercialiser les dernières percées de la recherche fondamentale – en intelligence artificielle, en neurosciences… », indique-t-il. La force du GLab réside donc dans sa dualité : à cheval entre un laboratoire d’innovation et un incubateur d’entreprises, c’est sa puissance technologique combinée à sa capacité de mise en marché qui le distingue.

Pour faire partie du GLab, il faut être capable de travailler de façon synchronisée, en équipe. Ainsi, les douze membres du laboratoire font émerger des idées ensemble, peu importent leurs rôles. Les développeurs travaillent main dans la main avec leurs collègues au marketing et au design, afin que les innovations qui voient le jour soient commercialisables rapidement. Travailler en silo n’est donc pas une option. D’ailleurs, tout est pensé pour que les membres de l’équipe puissent collaborer au jour le jour, jusqu’à la façon dont leurs bureaux sont organisés. Tout est mis en place pour que les idées, les talents et les actions voient leur potentiel décuplé en travaillant en symbiose.

Car en réalité, l’innovation requiert des façons radicales de procéder : « Le GLab se doit d’être disruptif. Il faut créer ce qui n’existe pas encore », précise Guillaume. Les façons de travailler s’en trouvent chamboulées. Adieu, le plan de match clair! « C’est comme si tu avançais les yeux bandés. On doit défricher en permanence notre chemin ». Les membres du GLab doivent en effet développer cette capacité essentielle à évoluer dans l’inconnu. Cette façon de travailler en itération exige beaucoup d’agilité de la part des employés. « Parfois on doit repartir dans une autre direction, avec la même énergie. Ça demande de la résilience », ajoute Guillaume.

Savoir renoncer

Résilience. Un autre mot-clé pour comprendre l’innovation. « Pour être au cœur de l’innovation, tu dois avoir la capacité de te remettre en question sans cesse », affirme Guillaume. Les membres du GLab doivent donc pouvoir rebondir face aux échecs de produits. « Parfois, on est profondément convaincus d’avoir réussi à résoudre un problème de taille avec une solution technologique. Mais la réaction attendue n’arrive pas. Ou encore, on peut se rendre compte que nous offrons une solution à un problème que les utilisateurs n’ont pas encore identifié », raconte-t-il. Les employés du GLab doivent apprendre de leurs erreurs et savoir passer à un autre projet, malgré le lien émotif développé avec le produit sur lequel ils ont travaillé si fort. « Il faut essayer sans relâche, mais ne pas s’acharner », affirme Guillaume. Une mince ligne sur laquelle marcher!

Résilience face aux pépins, mais également… aux succès! « C’est le plus difficile! Quand on a un échec, on est excité de repartir vers le prochain défi. Mais quand un produit fonctionne, c’est la fin d’une aventure, et il faut rebondir vers d’autres projets », croit Guillaume. Car, lorsque les employés du GLab ont rempli leur mission d’innover, le produit passe aux mains des autres équipes de GSoft, qui prennent le relais. Et encore une fois, il s’agit de faire preuve de résilience. L’attachement au produit est tel, qu’il faut réellement dire au revoir à un projet qui les a stimulés pendant des mois. Mais rappelons-le, la mission du GLab, c’est d’innover.

Curiosité obsessive

Ces victoires permettent d’alimenter la motivation, qui joue un rôle essentiel dans l’innovation : « On doit trouver un équilibre entre le succès, le confort et le risque », assure Guillaume. Les cycles de production sont aussi très courts, entre trois et six mois (de la conception au lancement), et le développement de gros produits est intercalé avec la réalisation de petites expérimentations techniques plus courtes.

Pour se renouveler, la douzaine de membres de l’équipe permanente du GLab est très diversifiée. « C’est une de nos particularités au GLab : nous avons des gens avec des compétences très techniques, et d’autres qui ont un excellent sens des affaires et de la mise en marché », explique Guillaume. Cette combinaison de talents est essentielle pour concevoir des produits qui répondent à de vrais problèmes, et qui aideront les clients au quotidien. « Nous partons toujours d’un vrai besoin de l’industrie pour y trouver une solution créative avec des technologies avancées », rappelle-t-il.

Les membres du GLab partagent aussi une qualité essentielle : la curiosité obsessive. « Ça, ça ne s’apprend pas à l’école : c’est en nous », souligne Guillaume. Car même si les membres de l’équipe du GLab restent à l’affût des derniers développements de leur domaine en participant entre autres à des conférences et aux meilleures formations ici et à l’international, cette qualité intrinsèque est inscrite dans l’ADN du GLab. « Ça fait partie de l’état d’esprit des individus et de nos équipes : il faut être passionné, curieux et vouloir se dépasser constamment », conclut Guillaume Chalifoux. Voilà qui résume bien pourquoi l’humain sera toujours l’élément central de l’innovation.

Guillaume Chalifoux

Mon rôle au sein du GLab nécessite que je porte plusieurs chapeaux, par mon implication dans les processus de développement de produits jusqu'à leur commercialisation, tout en évaluant constamment les opportunités d'innovation. C'est avant tout l'équipe dans laquelle j'évolue qui est à la source de mon énergie, je suis chanceux de collaborer avec des individus si talentueux. À plus grande échelle, j'aime être confronté à la concurrence internationale, ça me pousse à vouloir repousser les frontières des possibilités.

Plus de Tech x Humains

Explorez notre futur du travail

B Corp: définir autrement le succès en affaires

Entrevue avec Catherine Salvail & Catherine Ouellet-DupuisPlongez

L'intelligence artificielle au service des travailleurs

Entrevue avec Étienne Labrie-DionPlongez

Chez GSoft, l’intelligence est collective

Entrevue avec Mathieu HétuPlongez

« Évoluer en tant qu'être humain au travail, grâce au travail »

Entrevue avec Valérie Gobeil & Cyril BoisardPlongez