L'intelligence artificielle au service des travailleurs

L'intelligence artificielle au service des travailleurs - GSoft

Voitures autonomes. Robots dans les chaînes de montage. Assistants personnels automatisés. L’intelligence artificielle remplacera-t-elle un jour l’humain? Sûrement pas. Et si elle simplifiait plutôt le travail? C’est le pari que GSoft prend.

En général, on essaie, avec l’intelligence artificielle, de reproduire les décisions humaines, mais dans des dimensions impossibles pour un individu.

La recherche sur l’intelligence artificielle (IA) ne date pas d’hier; mais la combinaison de la puissance de calcul en temps réel des ordinateurs et la disponibilité des données massives rendent les avancées de l’IA fulgurantes depuis quelques années. «Ce n’est pas mystérieux, mais ça reste révolutionnaire parce que ça transforme les pratiques», rappelait l’historien des sciences Yves Gingras lors du congrès de l’Association des communicateurs scientifiques du Québec en 2018.

«Oubliez les robots qui prennent le contrôle de nos villes », affirmait Yoshua Bengio, professeur à l’Université de Montréal et leader dans le domaine de l’IA (aussi récipiendaire, en mars 2019, du prix Turing, souvent appelé le «Nobel de l’informatique ») dans le cadre d’une conférence du Cercle canadien de Montréal. «On est encore très loin de l’intelligence humaine; mais, en gros, l’intelligence artificielle d’aujourd’hui est quand même capable d’effectuer des tâches qu’on associe à l’intuition. Par exemple, la capacité de comprendre une image, un texte et un son», expliquait-il.

Pour rendre le travail plus facile

«En général, on essaie, avec l’intelligence artificielle, de reproduire les décisions humaines, mais dans des dimensions impossibles pour un individu», résume Étienne Labrie-Dion, scientifique des données et de l’intelligence artificielle au sein du GLab de GSoft. Ainsi, l’intégration de l’IA dans certains produits permet de délester les travailleurs de tâches répétitives ou ardues pour leur permettre de développer leurs pleines capacités.

Snoozit, par exemple, est une nouvelle solution technologique développée par le GLab qui rend possibles des tâches qui auraient été trop lourdes à accomplir par un humain. C’est comme une application qui détecterait les habitudes des travailleurs, comme leur rythme et leurs horaires de travail, et éteindrait les lumières du bureau en conséquence. Ainsi, Snoozit allume et éteint automatiquement les ordinateurs partagés qui constituent le nuage d’une entreprise. Un employé modifie son horaire? L’algorithme apprend et s’adapte.

Ce qui aurait auparavant été laborieux (par ex.: la configuration manuelle de l’ouverture et de la fermeture des ordinateurs à distance) est maintenant possible d’un simple clic. «Avec Snoozit, les responsables des infrastructures peuvent se concentrer sur des parties plus importantes de leur travail», souligne Étienne Labrie-Dion. En plus de permettre une plus grande flexibilité, ce type de système permet une économie d’énergie et de coûts. «On ne s’en rend pas toujours compte, mais les coûts d’infrastructure du cloud représentent beaucoup de ressources, souvent gaspillées ou sous-utilisées », poursuit-il.

D’autres utilisations de l’IA sont dans la mire du GLab. Et si, par exemple, on pouvait dégager des tendances des commentaires récoltés par Officevibe? Cet outil développé chez GSoft permet aux entreprises de sonder de façon automatisée l’ensemble de leurs équipes. L’intégration de l’intelligence artificielle pourrait par exemple permettre de synthétiser la section des commentaires des employés et ainsi communiquer à leurs gestionnaires les résultats qui en ressortent, tâche titanesque lorsqu’une entreprise veut prendre le pouls de ses milliers d'employés!

L’éthique, au cœur des projets chez GSoft

L’intelligence artificielle pourrait avoir un avenir prometteur à GSoft, notamment grâce à sa localisation. «On a accès à un bassin d’experts et de candidats à Montréal. C’est très facile d’entrer en contact avec des chercheurs», estime Étienne Labrie-Dion. «L’intelligence artificielle est un outil puissant pour accomplir ce qu’on veut : changer le monde du travail avec nos produits. L’IA nous permet de créer des solutions qui ne pouvaient simplement pas exister avant», explique le scientifique des données.

Cependant, à vouloir utiliser l’IA à tous prix, des dérives sont possibles. Mais rassurez-vous : l’intégration de l’intelligence artificielle ne se fera pas à tous les coups dans les produits de GSoft. «Nous voulons avant tout concevoir des produits qui ont du sens. Il faut développer des technologies qui aident les gens au travail ou améliorent le monde du travail, et jamais le contraire», affirme Étienne.

L’équipe du GLab réfléchit donc aux biais potentiels, aux utilisations et aux conséquences possibles d’un produit avant de le développer. «Il ne faut pas se déresponsabiliser. C’est facile d’utiliser l’intelligence artificielle et de prétendre qu’elle a toujours raison. Si on veut avoir une incidence positive, il faut penser aux conséquences de nos gestes», indique le scientifique.

L’éthique dans l’implantation de technologies d’intelligence artificielle est donc au cœur des réflexions à GSoft. En plus des efforts individuels des entreprises et de leur souci de transparence, une législation claire devra venir encadrer l’IA pour s’assurer que la vie privée et le droit à l’oubli soient respectés. «Ça va prendre une législation claire au Canada pour baliser le travail, tout en permettant de garder un équilibre qui laissera une assez grande liberté pour innover », conclut Étienne Labrie-Dion.

Étienne Labrie-Dion

Étienne Labrie-Dion

Je suis scientifique de formation: j'ai passé près de 10 ans dans le domaine des neurosciences et de la microscopie. Passionné par l'incidence de l'analyse des données sur le monde, j'ai bifurqué récemment vers la science des données et l'intelligence artificielle. J'adore résoudre des problèmes complexes. Je suis inspiré par des visionnaires comme Demis Hassabis, cofondateur de DeepMind. Je crois que l'effervescence actuelle autour de l'IA à Montréal n'est que le début de quelque chose de plus grand!

Plus de Tech x Humains

Explorez notre futur du travail

Échec en innovation GSoft

Nous annonçons l’échec d’un produit, coup dur?

Entrevue avec Eric RouthierPlongez
Parce que les gestionnaires aussi ont besoin de s’entraider - Officevibe Cafe

Parce que les gestionnaires aussi ont besoin de s’entraider

Entrevue avec Virginie LehmannPlongez
Reconnaitre le rôle central des émotions

Recrutement: reconnaitre le rôle central des émotions

Entrevue avec Florian PradonPlongez
L’innovation est un défi humain avant tout

L’innovation est un défi humain avant tout

Entrevue avec Guillaume ChalifouxPlongez
Growth

Évoluer en tant qu'être humain au travail, grâce au travail

Entrevue avec Valérie Gobeil & Cyril BoisardPlongez
l’intelligence est collective

Chez GSoft, l’intelligence est collective

Entrevue avec Mathieu HétuPlongez
l'intelligence est collective

B Corp: définir autrement le succès en affaires

Entrevue avec Catherine Salvail & Catherine Ouellet-DupuisPlongez