Les yeux rivés sur l’utilisateur

12 décembre 2019 4 min. |

gsoft-home-tech-leader-glab

Partager
cet article

Author

Finalement, il ressort une volonté commune à toutes les équipes de mettre l’utilisateur au cœur de leurs démarches. La recherche prend donc une place de plus en plus importante dans les projets de développement de produits. Par exemple, pour Guillaume Chalifoux, l’utilisation de la cartographie du parcours utilisateur (User Journey Mapping) est indispensable au GLab. Cette méthodologie permet en fait d’illustrer ce que le chercheur comprend de l’utilisateur et de partager ses découvertes avec l’intégralité de l’équipe pour bâtir une solution cohérente avec la réalité de celui-ci. « Dans le passé, j’ai souvent assisté à la mise en route de projets sans même que des entrevues en profondeur ou bien des séances d’observation aient été conduites », explique Matthew Gardner, designer, expérience utilisateur, au GLab. Utiliser la cartographie du parcours utilisateur est donc utile seulement si elle reflète les résultats d’analyses qualitatives ou quantitatives effectuées auprès d’usagers. Concrètement, des tests utilisateurs sont effectués pendant l’itération d’une plateforme produit, directement sur les maquettes conceptuelles afin de tester les comportements de navigation ainsi que la compréhension des messages. « Ces tests sont effectués sur des groupes utilisateurs précis; il est donc indispensable de bien connaître l’auditoire auquel on s’adresse », précise Matthew.

Offrir aux utilisateurs exactement ce qu’ils demandent est un piège qu’il faut éviter, car c’est parfois l’ennemi de l’innovation.

En contrepartie, Audrée Lapierre, responsable du design à Officevibe, rappelle qu’il est facile de tomber dans la lecture des tests utilisateurs. « Offrir aux utilisateurs exactement ce qu’ils demandent est un piège qu’il faut éviter, car c’est parfois l’ennemi de l’innovation. Il faut avoir confiance dans le design et dans notre capacité à trouver des solutions qui ne sont pas nécessairement évidentes. » La responsabilité du designer est donc de défendre sa vision et d’utiliser les tests utilisateurs de façon informée, mais pas comme une prescription.

Finalement, il est important de réaliser que c’est bien plus bénéfique si la recherche utilisateurs ne reste pas qu’entre les mains des chercheurs et des développeurs d’expérience utilisateur. « On a demandé aux membres de l’équipe d’Officevibe, dont les développeurs, si certains d’entre eux étaient intéressés à assister à la collecte d’information et à contribuer à l’analyse de données. Les participants ont été surpris à quel point c’est riche en information d’être en contact direct avec des utilisateurs, de ressentir leur réalité et de comprendre leur contexte à travers leur propre regard. Ça permet de mieux saisir les subtilités comportementales qu’ils n’auraient pas perçues en lisant simplement les résultats de la recherche. Le niveau de confiance en leur décision augmente grandement! », explique Marie-France St-Pierre, à la tête du service de recherche utilisateurs d’Officevibe. « Avoir une profonde curiosité pour l’humain aide toujours à créer des produits qui rejoignent vraiment les gens », conclut-elle.

Partager cet article

Partager ceci

Curieux de rejoindre nos équipes de développement ?