Travailler entre collègues depuis l’Équateur

5 min
remote-work-experience

En quelques mots.

Qui a dit que le travail à distance et la performance ne faisaient pas bon ménage? Ici, on ne parle pas seulement de travailler au bureau ou depuis son salon : ces employé-e-s de GSoft sont parti-e-s un peu partout autour du globe, une valise et leur ordinateur de travail en main. Voici leurs histoires!

Author :

GSoft

Chez GSoft, on a décidé d’être une compagnie distribuée. Ce que ça veut dire? Ce n’est pas seulement d’avoir la liberté de travailler depuis de nos bureaux ou depuis la maison, c’est aussi d’offrir la possibilité de le faire de presque partout dans le monde, 150 jours par année. Et voilà pourquoi ça marche.

Partir travailler entre collègues

Audrée, directrice, Expérience utilisateur, et Élise, directrice, Données et Analytique, sont un véritable petit duo de choc chez GSoft. Si bien qu’elles ont décidé de partir travailler (et voyager) entre collègues pendant près d’un mois en Équateur. Et guess what? Ce ne sera pas la dernière fois.

Élise : « On cherchait une destination différente, où il faisait chaud et qui était sur le même fuseau horaire que le Québec, parce que c’est vraiment plus simple pour le travail. Comme Audrée est une grande amatrice d’observation d’oiseaux, l’Équateur était la parfaite destination pour nous! »

Audrée : « Toutes les deux, on aime vraiment beaucoup voyager. Parfois, le travail limite les options de ce côté-là, mais GSoft nous permet de combiner les deux et de garder cette passion dans nos vies, en quelque sorte. »

Il a l’air de faire beau chez vous! Vous êtes où?

Audrée : « La première semaine, on était à Cuenca, l’une des plus belles villes de l’Équateur. On était dans une chaîne hôtelière spécialisée pour accueillir les digital nomades comme nous. On a pu profiter de leur espace de coworking. On voulait être certaines d’avoir un espace de travail adéquat. Élise était bien nerveuse de la qualité de l’Internet jusqu’à ce qu’elle assiste à son premier meeting du lundi matin 😂. Plus tard durant le voyage, on a loué un Airbnb sur le bord du Pacifique, en prenant soin de bien valider la vitesse de connexion avec l’hôtesse au préalable. »

travailler-mode-hybride-gsoft

Le quotidien sans le froid et les opérations de déneigement, ça ressemble à quoi?

Audrée : « Une journée normale de travail, mais avec des petits extras! Je me lève plus tôt qu’Élise, je déjeune comme d’habitude, puis je suis prête pour mes appels. Sur l’heure du lunch, on se dépêche de dîner pour aller faire une baignade et profiter du soleil, ou aller acheter du chocolat. Je pense que les horaires flexibles de GSoft aident clairement à aménager notre emploi du temps. S’il fait plus nuageux, je peux cumuler un peu plus d’heures en amont et prendre un vendredi après-midi ensoleillé de congé. »

Élise : « Moi aussi j’ai pu réaménager mon horaire pour pouvoir en profiter pleinement! J’ai travaillé quelques soirées au départ pour avoir plus de liberté par la suite. Pour les rencontres et la collaboration avec nos équipes, ça ne change pratiquement rien… sauf peut-être que tout le monde est jaloux de nos backgrounds sur Teams. »

Tout ce soleil, ces baignades, ces activités… est-ce que ça a eu un quelconque impact sur votre productivité?

Audrée : « J’avais quelques craintes quant à ma capacité à me concentrer à l’extérieur de mon espace de travail à la maison, mais j’ai été surprise… car non! Pas du tout! Et puis le fait d’être deux, ça garde un tempo. »

Élise : « Je suis vraiment d’accord. On ne travaille pas nécessairement ensemble au quotidien, mais je connais très bien sa réalité professionnelle et son équipe, et c’est la même chose de son côté. En étant toujours ensemble, on parle souvent du travail! Peut-être même plus qu’à Montréal! Mais ça nous garde focus, même dans un environnement aussi différent. »

Audrée : « Je peux discuter avec Élise de mes enjeux et de ce qui se passe au travail, et on dirait que ça me permet vraiment de rester dans le bain. En partant à deux, on bénéficie du côté social du bureau autant que du ressourcement du voyage. »

Élise : « Je pense aussi que le timing nous a beaucoup aidées. C’est un moment vraiment difficile au Québec [le reconfinement de janvier], et je crois que ce n’est pas évident pour personne de faire preuve de motivation et de concentration durant cette période. En fait, si notre voyage a un impact sur ma productivité, je dirais que ça l’améliore! C’est clairement plus facile pour nous de rester engagées en sachant qu’on va suivre un cours de surf ou visiter une nouvelle ville en finissant notre journée! »

travailler-mode-hybride-gsoft

Un moment fort ou un apprentissage de votre expérience?

Audrée : « J’aime tellement ça que j’ai décidé d’en faire une réalité permanente en combinant le voyage et le télétravail. Un de mes rêves a toujours été d’échapper à l’hiver. Je vais me faire construire une maison au Costa Rica, dans la jungle. Je veux avoir une place pleinement adaptée pour le travail à distance, avec la fibre optique et un bureau extérieur pour regarder les toucans tout en travaillant. Je voudrais aussi en faire profiter mes collègues de GSoft lorsque je n’y serai pas. »

Élise : « On profite vraiment de notre séjour et on se sent bien, alors ça se répercute aussi sur notre travail. C’est peut-être un peu quétaine de dire ça, mais c’est vrai. J’ai accompli de belles choses au travail depuis que je suis là-bas. C’est vraiment motivant. Je pense que ce que je préfère, c’est de partir avec une collègue dans le contexte du travail à distance. Je pense vraiment que c’est le setup idéal pour aller travailler à l’étranger! Mon apprentissage, c’est de répéter l’expérience le plus souvent possible! Je repars pour Copenhague en mai, et j’ai déjà hâte! »

Audrée : « Un moment fort, c’est définitivement lorsque j’ai perdu mon téléphone cellulaire et que j’étais un peu paniquée de ne plus pouvoir recevoir mes notifications Slack. L’équipe de GSoft a été super réactive en paramèttrant le cellulaire d’Élise pour que je puisse l’utiliser. Je pense que la compagnie est définitivement rodée pour le travail à distance! »

Bon, on vous laisse retourner à vos affaires. Deux mots avant de se quitter?

Élise : « Je dirais : une expérience différente et des possibilités. J’ai le goût de profiter au maximum des possibilités que m’offre un employeur comme GSoft. Je réalise aussi à quel point on voyage différemment quand on travaille. Notre séjour a commencé par 10 jours de vacances pour découvrir le pays, où on a monté un volcan, observé les oiseaux et exploré la forêt amazonienne! On s’est ensuite posées pour travailler, et une petite routine s’est installée. J’apprécie autant les moments de travail que les moments de vacances, c’est vraiment deux expériences différentes! »

Audrée : « Une expérience privilégiée et une révélation. Ma situation personnelle et la flexibilité du travail distribué me permettent une liberté à laquelle peu de gens ont accès. Voyager, ce n’est pas simple, donc avoir la possibilité de travailler dans un autre pays ou même juste ailleurs que chez soi, c’est tout un privilège dont je veux profiter pleinement. »

travailler-mode-hybride-gsoft